top of page
  • Photo du rédacteurAndréanne Côté

Comment prévenir et dépister une commotion cérébrale ?

Il y a quelques décennies passées, il était commun de voir un entraîneur montré un nombre de doigts à un joueur suite à un impact à la tête. La littérature scientifique sur les commotions cérébrales ou traumatisme crânio-cérébral léger (TCCL) en dit autrement depuis plusieurs années. De la recherche à la clinique, le sujet des TCCL continue de progresser continuellement. Le TCCL ne touche pas seulement les sportifs, mais également les travailleurs ou les accidentés de la route. Un enfant ou un adulte peuvent être atteints d’une commotion cérébrale. 


Qu’est-ce que qu’une commotion cérébrale ?

Une commotion cérébrale peut arriver à la suite d’un coup direct à la tête, au cou ou avec une autre partie du corps. Cela induit une force qui est transmise au cerveau, produisant ensuite une cascade métabolique qui entraîne des changements non visibles sur l’imagerie médicale courante. Ces changements sont davantage d’ordre chimique ou circulatoire. L’apparition de symptômes peuvent être immédiats, prendre quelques minutes ou quelques heures. 

Traduit du : “Consensus statement on concussion in sport: the 6th International Conference on Concussion in Sport– Amsterdam, October 2022

Comment prévenir ?

  • Utiliser adéquatement son équipement sportif ou de travail (casque, protecteur buccal, chaussures à crampons, patins bien ajustés et affûtés) 

  • Respecter les consignes spécifiques aux sports ou au travail

  • Effectuer un échauffement approprié 

  • Retrait immédiat de l’activité à risque d’impact si suspicion d’une commotion cérébrale


Comment la reconnaître ?

Voici les symptômes les plus fréquents : 

  • Céphalées

  • Pression dans le crâne

  • Troubles de l’équilibre 

  • Nausée ou vomissement 

  • Somnolence

  • Vertiges 

  • Vision trouble 

  • Sensibilité à la lumière

  • Sensibilité au bruit 

  • Fatigue et perte d’énergie

  • Ne pas se sentir normal 

  • Émotivité accrue

  • Irritabilité

  • Tristesse

  • Nervosité ou anxiété

  • Douleur dans le cou

  • Difficulté à se concentrer

  • Difficulté à se souvenir des détails

  • Sensation d’être ralenti

  • Sensation d’être «dans le brouillard»

Comment un physiothérapeute peut vous aider ?

Les physiothérapeutes, qui ont suivies des formations continues spécifiques sur les commotions cérébrales, sont à même d’aider la personne dans sa récupération. 

A. Le physiothérapeute procède à une évaluation des différents systèmes :


* la fonction vestibulaire et oculomotrice

* la région cervicale

* la mâchoire

* les double tâches

* le système cardio-métabolique


B. Le professionnel peut ensuite proposer un plan de traitement en physiothérapie selon les problèmes qui en ressortent.


C. Le physiothérapeute peut guider la personne vers un retour à l’école et travail et au sport.


D.  Si la condition est plus complexe, le physiothérapeute collabore avec un médecin, un neuropsychologue ou un optométriste. 

42 vues0 commentaire

Comments


bottom of page